Accueil
Passer commande
Facebook F.A.Q. Liens Contact  
 
 
Recherchez sur le site

A LIRE: Code de provenance des objets

Tibet & Himalaya

Biographies de Maîtres & leurs amulettesAmulettes Tibétaines Aides à la Méditation Malas Tibétains Encens Antiquité et Divers Armes et objets rituelsMoulins à prières Rudraksha Cristal de roche:
Pendules et bijoux rituels
Dzi & Yeux magiques Shiva Lingam Turquoises Tibétaines Statues Bouddhistes Stupas & Reliquaires Thangkas Yogi Pemba Dorje Textes et articles divers

Thaïlande & Cambodge
Comment commander ?
Reliques Bouddhistes
Photos de voyages
Divination Tibétaine
 



english version
English version

Les Khuman Thong


Pour voir directement les Khuman Thong en vente sur le site cliquer ici

khuman thong
Un Khuman Thong bicéphale (à 3 jambes!) recouvert de cire.

kuman thong
Le véritable Khuman Thong du Wat Mahabut
(merci à Paola & Antonio pour cette photo)



Autre "attraction" du Wat Mahabut : l'Autel de Mae Nak  

kuman thong fossile
Au Wat Cheddi Hoï, un Khuman Thong fossile (?!!?) , unique en son genre
(merci à Paola & Antonio pour cette photo)

On peut voir de nos jours encore dans de nombreuses boutiques et restaurants de Thaïlande des Khuman Thong, car les marchands croient que les Khuman Thong peuvent leurs apporter des clients et la bonne fortune.
Le mythe du Khuman Thong est apparu pour la première fois dans l'histoire "khun-chang khun paen"(une histoire qui se déroule entre dans la période Ayuthaya de l'histoire Thaïlandaise, de 1491 à 1529). Khunpen, le héros de l'histoire découvrit que Boaklee
(une de ses trois femmes!) voulait l'empoisonner. Donc il la tua le premier, puis retira le foetus mort de son ventre et décida d'en faire un
Khuman Thong.

En suivant ces liens vous pourrez voir un film Thaï retraçant la vie de Khunpen :
- La vie de Khunpen Partie 1

- La vie de Khunpen partie 2

khun phaen
Khunphen ayant tué sa femme Boaklee

buaklee
Au temple Wat Tham-Maghön (Kanchanaburee), Boaklee et le premier Khuman Thong

La méthode ancienne pour réaliser un Khuman Thong est la suivante (les informations qui suivent sont ici à titre de document ethnologique et ne doivent EN AUCUN CAS être mises en pratique, à moins bien sûr de vouloir finir fou/mort ou bien encore en prison, ne dites pas ne pas avoir été prévenu):

Le Maître doit trouver un foetus d'enfant encore dans le ventre de sa mère, morte un vendredi ou un mardi, l'en retirer au moyen d'une dague Meedh Moh en récitant " Sitti Deacho Sitti Jittung Maha Putho Mason Thanung" puis une fois le foetus sorti du ventre de la femme morte il lui parlera et lui dira "Mon garçon, je t'aime et je veux te garder près de moi et que tu sois mon fils, je vais t'élever et tu seras heureux", il attendra alors d'avoir une vision de l'enfant, puis coupera le cordon ombilical.

kun phaen
Khunphen durant la fabrication du premier Khuman Thong

Il faut ensuite faire sécher le foetus dans le hall de prière d'un temple, fermé de l'intérieur, avec un tissus blanc couvrant le plafond et 4 piquets de bois laqué de noir aux quatre directions, on entourera ces piquets de 7 tours de cordons "Saï-Sin" et placera un pentacle "Mongkul Praputtachao" au plafond. Il faut avoir un trépied fait de bois de "Cassia Nodosa"
et y suspendre le foetus au dessus d'un feu jusqu'a l'avoir complètement desséché.
Il faut prendre bien soin de ne pas brûler le foetus,
et d'avoir finit la cérémonie avant le lever du solei
l

Il faut alors réciter :

"Suwanno Piyagumaro Mahaputho Mahittigo Suppatisasu Wattigo Suppakamaesu Kowaro Suppachananung Hateuyya Mahatecho Pawattigo Ratanataya Nupawaena Ratanataya Tedsa Taewanung Ittipalaena Gumaro Jamahittigo"

cassia nodosa
Cassia Nodosa

Puis éteindre le feu, et réciter :

"Katjihe Mahaputho Samasudso Sataewago Karohi Pito Wajamaena Sumpunnaena Pasittiya"

et recouvrir le foetus de laque noire. Il doit alors dire :

"A partir de ce jour tu es un Khuman Thong, je t'apporterai de la nourriture, des jouets et des sucreries. Si je te demande de faire quelque chose pour moi, s'il te plait aide moi."

Le maître faisant ce genre de rituel doit véritablement posséder de forts pouvoirs et une grande maîtrise de la méditation, sans quoi il seras à coup sur tué lors du rituel, par exemple la tradition assure que le cadavre de la femme morte peut se lever et venir démembrer la personne qui pratique le rituel si la moindre erreur est commise ou si le pratiquant est insuffisamment qualifié...

Khuman Thong est considéré comme un objet sacré en Thaïlande mais il est désormais rarissime d'en trouver réalisés à partir de foetus car c'est à la fois illégal et immoral. La police Thaïlandaise s'est d'ailleurs récemment livrée à des "Raids" sur certains marchés aux amulettes dans le but de trouver et de détruire les derniers de ces Khuman Thong. Cependant au moins un moine en a produit quelques-un ces dernières années, il a d'ailleurs été défroqué et emprisonné pour ça et est désormais un Ajarn craint dans sa région, où tout le monde parle du "Ajarn who barbecue dead babies!". Pour voir une vidéo sur un autre moine s'étant livré à cette pratique cliquez ici mais ne venez pas ensuite pleurer que vous êtes choqué!

 
Une autre pratique est la récolte de l'huile d'attraction Nam Man Praï qui se fabrique parfois
en faisant cuire un foetus humain, ou bien en attendant que le corps de la femme morte
à qui on a pris le foetus se présente, le Maître doit alors promener une bougie
le long de son corps et récolter l'huile qui s'en écoule, tout en évitant bien sûr de se faire saisir! Une autre manière moins répugnante de produire ce type d'huile est d'utiliser un mélange de diverses plantes médicinales, c'est ce que faisait par exemple le Très Vénérable LP Phuead.

 
Le "Vénérable" Ajarn Niaeh en train de préparer de l'huile d'attraction Nam Man Praï
à partir d'un foetus humain...répugnant!

 
Pour détendre l'atmosphère, voici une publicité Thaïlandaise où on voit un Khuman Thong
se plaignant de vivre dans une maison laide et sale...

khuman film
Affiche d'un film Thaï des années 70 dont l'histoire parle entre autre des Khuman Thong


petit moine saluant
Pour lire la suite cliquer ici

 
 
Top of page